l'être tricoté

L'ÊTRE TRICOTÉ

L’idée de la performance l’Être détricoté, collaboration entre Biño Sauitzvy et Lika Guillemot, est de rendre visible la transformation entre les multiples identités abritées dans un même corps, représenté par celui du performer. L’action proposée consiste à détricoter les enveloppes textiles et les prothèses en lainage d’organes masculins et féminins – créées pour la performance. Ainsi, chacune de ces oeuvres de tricot disparaît à tout jamais, ce qui la rend non reproductible à l’identique

et par conséquent, unique.

 

L’action est découpée en trois temps, en trois couleurs, trois moments clés : tout d’abord, la Matrice, enveloppe noire recouvrant une silhouette informe, comme sortie de terre, malaxée, qui se tient au pied de l’installation L’Arbre qui cache la forêt. Cette enveloppe découpée laisse apparaître ensuite l’Androgyne : cette figure fait référence au mythe de l’androgyne de Platon, être unissant les deux sexes avant que Zeus ne le sépare, différenciant masculin et féminin. Ici, l’Androgyne est affublé d’organes démesurés (sexe masculin et poitrine féminine) de couleur rouge, qui sont détricotés, révélant le corps du performer,

la chair humaine.

 

Enfin, le Langage : les fils rouges et les lambeaux de tissu noir se repartissent sur le sol autour du performer. Celui-ci continue sa métamorphose et revêt un costume, tout en gardant son maquillage féminin blanc et rouge. Puis il déroule de sa bouche un fil blanc symbolisant le fil du langage, jusqu’à en sortir le mot « être »,

qu’il accroche à l’arbre.

 

Performance de Biño Sauitzvy pour l’installation L’Arbre qui cache

la forêt de Lika Guillemot et Alain Quercia.

 

Performance et installation réalisées à la Biennale de Lyon, 2013.

Biño Sauitzvy - contact@binosauitzvy.com ©JCG|42