Under the ground

UNDER THE GROUND

Under the Ground @Bernard Bousquet Le GenerateurDSCF3228
Under the Ground@Bernard Bousquet Le GenerateurDSCF3359
Under the Ground@Bernard Bousquet Le GenerateurDSCF3458 1
Under the Ground @Bernard Bousquet Le GenerateurDSCF3365 1
Under the Ground @Bernard Bousquet Le GenerateurDSCF3203
Under the Ground @Bernard Bousquet Le GenerateurDSCF3265
Under the Ground@Bernard Bousquet Le GenerateurDSCF3285
Under the Ground@Bernard Bousquet Le GenerateurDSCF3181

Performance, Danse, cirque, théâtre.

Entre danse, théâtre et cirque, Under the Ground explore les pratiques animistes et écosophistes. Au cœur de cette création : la forêt, ses habitants, ses mythes et ses légendes.

Le personnage qui occupe le centre de la scène n’est autre qu’un arbre, prenant le contrepied d’une approche anthropocentriste plaçant l’homme au centre de l’univers. Cet arbre majestueux, créé par la plasticienne Lika Guillemot représente à la fois un individu et un ensemble, un écosystème à partir duquel d’autres habitants apparaitront.


C’est un micro et un macro cosmos, qui laissera apparaître sous ses longues racines et ramifications, tout un autre microcosme souterrain, que l’on ne voit pas à la surface, dans la vie quotidienne, dans les villes : des êtres vivants hybrides, mi-hommes, mi-végétaux, mi-animaux, êtres fantastiques peuplant les récits mythologiques.


Initialement sous forme larvaire, ces êtres se retrouvent liés, comme les êtres doubles à l’origine des espèces décrits dans Le Banquet de Platon. Ils se séparent ensuite, dans un processus d’individuation. La dualité apparaît, l’un devient deux, et des questions existentielles apparaissent.
C’est l’origine d’un drame archaïque, la séparation des principes opposés complémentaires. Et c’est à travers l’exemple de cette relation, comme celle des gémeaux mythiques (Caïn et Abel, Romulus et Rémo, Omama et Yosi, etc), de l’androgyne, mais aussi des personnages de Beckett tels que Didi et Gogo, Mercier et Camier, de leur union à leur séparation dans une bataille pour la vie, dans une trajectoire qui est une branche de vie, que se réécrit ce drame mythique.

 

Conception, mise en scène et chorégraphie : Biño Sauitzvy

Création et interprétation : Cyril Combes et Lorette Sauvet

Décor : Lika Guillemot

Musique : Bianca Casady (CocoRosie)

Lumières : Baptiste Joxe

Co-production: Le Collectif des Yeux, Le Générateur et Festival Faits d'Hiver.

Résidence de création : Académie Fratellini, Micadanses – Paris, Le Générateur et Théâtre Onirique (Le Locle).

Création 2021.

Durée : 60min.

Photos : Bernard Bousquet